AccueilRechercherS'enregistrerConnexionForum Oummi & MoiContacter

Partagez | 
 

 Zakatul-fitr:son jugement,temps,sa mesure..par sheykh Uthaymin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Oum_aliyah
Admin


Messages : 431
Date d'inscription : 05/07/2009

MessageSujet: Zakatul-fitr:son jugement,temps,sa mesure..par sheykh Uthaymin   Mer 12 Aoû - 17:04

Zakatul-fitr:son jugement,temps,sa mesure..par sheykh Uthaymin





« Mes frères : votre noble mois s'en va, et il n'en reste qu'un petit temps. Que celui d'entre vous qui a été vertueux (muhsin) loue Allah pour cela et qu'il Lui demande l'acceptation (de ses oeuvres). Et que celui parmi vous qui a été négligent (muhmil) qu'il se repente à Allah et s'excuse de sa nonchalance. Et l'excuse est acceptée avant la mort.

Mes frères : Allah vous a légiféré à la fin de votre mois-ci d'acquitter la zakât al fitr avant la prière du 'îd. Et nous parlerons dans cette assise de son hukm (jugement), de sa sagesse, de son genre, de sa mesure, du temps de son obligation, de son acquittement, et de son lieu.

Quant à son hukm : elle est une obligation (farîdah) que l'Envoyé d'Allah a rendu obligatoire) aux muslimîn. Et ce que le messager d’Allah (صلى لله عليه وعلى آله و سلم) (صلى لله عليه وعلى آله و سلم) a rendu obligatoire -ou ordonné- a le même hukm que ce qu'Allah (تعالى) a rendu obligatoire ou ordonné. Allah (تعالى) dit (trad. du sens) :
"Celui qui obéit au messager a certes obéi à Allah, et celui qui se détourne... et bien nous ne t'avons pas envoyé à eux comme gardien." (An-Nissâ : 80)
Et il dit (تعالى) (trad. du sens) :
"Et quiconque fait scission d'avec le messager, après que le droit chemin lui soit apparu, et suit un sentier autre que celui des croyants, Nous le laisserons comme il s'est détourné et le brulerons dans jahannam et quelle mauvaise destination." (An-Nissâ : 115)
Et il dit (تعالى) (trad. du sens) :
"Et ce que le messager vous donne, prenez-le, et ce qu'il vous interdit, abstenez-vous en." (Al-Hashr : 7)

Et elle est obligatoire au grand comme au petit, homme ou femme, au libre comme à l'esclave parmi les muslimîn.
'Abdullah Ibn 'Umar (رضي الله عنهما) a dit : "Le messager d’Allah (صلى لله عليه وعلى آله و سلم) (صلى لله عليه وعلى آله و سلم) a rendu obligatoire zakât al fitr de Ramadhân un sâ' de dattes, ou un sâ' d'orge, pour le serviteur et le libre, homme ou femme, petit ou grand parmi les muslimîn" (muttafaqun 'alayh)
Et ce n'est pas obligatoire (de donner) pour la portée dans le ventre (de la femme enceinte), quant à le donner de son plein gré, alors il n'y a pas de mal, car Amîr al muw'minîn Uthmân (ضي الله عنه) l'a sorti pour le foetus. Et il est obligatoire de la sortir pour soi-même, comme pour toute personne qui doit être nourri comme l'épouse ou le proche, lorsqu'ils ne peuvent pas la sortir eux-mêmes. Mais s'ils peuvent, alors le mieux est qu'ils la sortent eux-mêmes car cela s'adresse à eux à la base. Et ce n'est obligatoire qu'à celui qui l'a en surplus de ce qu'il a besoin pour vivre parmi les provisions du jour du 'îd et sa nuit. Et s'il ne trouve que quelque chose d'inférieur à un sâ', il le sort, par rapport à la parole d'Allah (تعالى) (trad. du sens) : "Craignez Allah autant que vous pouvez" (At-taghâbun : 16) Et la parole du prophète (صلى لله عليه وعلى آله و سلم) : "Lorsque je vous ordonne une chose, faites-en ce que vous pouvez" (muttafaqun 'alayh).


Quant à sa sagesse, elle est évidente : elle contient la bienfaisance envers les pauvres, et les empêche de demander les jours du 'îd afin de les associer aux riches dans leur joie et leur allégresse, et que ce soit une fête pour tous. Egalement, il y a le fait de se caractériser par le noble caractère et l’amour de faire le bien (aux gens). Elle contient aussi la purification du jeûneur de ce qui s’est passé durant son jeûne comme déficiences, futilités (laghw), péchés, et (fait parti de sa sagesse) la manifestation du remerciement d’Allah pour avoir accompli le jeûne du mois de Ramadhân et d’avoir veillé, et y avoir accompli ce qui est facile comme bonnes œuvres.

Et d’après Ibn ‘Abbâs (رضي الله عنهما) : « L’envoyé d’Allah (صلى لله عليه وعلى آله و سلم) a rendu obligatoire la zakât al fitr en tant que purification pour le jeûneur de son laghw, ses propos obscènes (rafath), et en tant que nourriture pour les pauvres. Celui qui l’acquitte avant la prière (du ‘îd), c’est une zakât acceptée, et celui qui l’acquitte après la prière, elle n’est que sadaqah comme les autres. » Rapporté par Abû Dâwûd et Ibn Mâjah (shaykh al albani l’a hassan dans sunan abî dâwûd (1609) et sunani bni mâjah (1827) et a sahîh dans sahîh al jâmi’ (3570) une version d’après Ibn ‘Abbâs, marfu’an (parole du prophète (صلى لله عليه وعلى آله و سلم)), qui est la même sans bien sûr « l’envoyé d’Allah (صلى لله عليه وعلى آله و سلم) a rendu obligatoire »)

Quant à la nature de ce qu’il est obligatoire (de donner) en ce qui concerne la fitrah (zakât al fitr), c’est de la nourriture des êtres humains, comme des dattes, ou du blé, ou du riz, des raisins secs, ou du fromage ou toute autre nourriture des fils d’Âdam. (Comme preuve) dans les deux sahîh, du hadîth d’Ibn ‘Umar (رضي الله عنهما) qui a dit : « Le messager d’Allah (صلى لله عليه وعلى آله و سلم) a rendu obligatoire la zakât al fitr de Ramadhân en un sâ’ de dattes, ou un sâ’ d’orge. L’orge, en ce temps-là, faisait parti de leur nourriture. »
Comme a dit Abû Sa’îd Al-Khudrî (رضي الله عنا) : « Nous sortions, le jour du fitr au temps du messager d’Allah (صلى لله عليه وعلى آله و سلم), un sâ’ de nourriture, et notre nourriture était l’orge, les raisins secs, le fromage et les dattes » Rapporté par Al-Bukhârî.

Ainsi, il n’est pas permis de la sortir en nourriture des animaux, car le prophète (صلى لله عليه وعلى آله و سلم) a obligé (de la sortir) en nourriture pour les pauvres, et non pour les animaux.

Et il n’est pas permis de la sortir en vêtements, en matelas, [wal awâni] en bagages et autre de ce qui n’est pas la nourriture des êtres humains, car le prophète (صلى لله عليه وعلى آله و سلم) a rendu obligatoire le fait que ce soit de la nourriture et on ne transgresse pas ce qu’a spécifié l’envoyé (صلى لله عليه وعلى آله و سلم).

Et il n’est pas permis de la sortir la somme de la nourriture (en argent donc), car ceci contredit ce qu’a ordonné le messager d’Allah (صلى لله عليه وعلى آله و سلم). Et il est établi de lui qu’il a dit : « Celui qui fait un acte qui n’est pas en accord avec notre ordre, cela est rejeté » (Muslim) Et dans une riwayah : « celui qui apporte dans notre affaire (religion) ce qui n’en fait pas parti, cela est rejeté. » (muttafaqun ‘alayh)
Et parce que le fait de la sortir en argent contredit l’acte des compagnons, car ils la sortaient en sâ’ de nourriture, et le prophète (صلى لله عليه وعلى آله و سلم) a dit : « Accrochez-vous à ma sunnah et à la sunnah des califes bien guidés après moi ! »( hadîth connu, authentifié par shaykh al albani, rapporté entre autres par Ahmad, Abûd Dâwûd, At-Tirmidhî, Ibn Mâjah, Al-Hâkim… Voir sahîh Al-jâmi’ (2549))

Et parce que la zakât al fitr est une adoration obligatoire d’un genre déterminé. Il n’est donc pas permis de la sortir d’un autre genre, tout comme il n’est pas permis de la sortir dans un autre temps que le temps déterminé. […] Et parce que le fait de la donner en argent sort la fitrah de sa prime nature qui est un rite public et la fait devenir une sadaqah privée. Car la sortir en sâ’ de nourriture est public (apparent) entre les muslimîn, connu du petit comme du grand, qui témoignent de sa mesure, de sa distribution, et ils la reconnaissent entre eux. Ce qui n’est pas possible si elle est en darâhim (pl. de dirham), que la personne sort secrètement entre lui et le bénéficiaire.

Et quant à la mesure de la Fitrah (la zakât al fitr) : c'est un sâ' (صاع) tiré du sâ' du prophète (صلى لله عليه وعلى آله و سلم) dont le poids atteint 480 mathâqîl (pl. de mithqâl) de bon blé (البر الجيد), et en grammes 2 kilos et 1/25 de kilo, et ceci, car le poids du mithqâl est de 4 1/4 grammes (quatre grammes et quart). Ainsi 480 mathâqîl est égal à 2040 grammes.
Ainsi, lorsque l'on désire connaitre le sâ' prophètique, on pèse 2 kilos et 40 grammes de blé, puis on le verse dans un récipient de sa proportion jusqu'à le remplir. Ensuite on compare."


Quant au temps obligatoire pour la fitrah, il s’agit du coucher du soleil la nuit du ‘îd (car la journée pour nous démarre à partit du coucher du soleil et pas à minuit, par exemple la nuit du jumu’ah est la nuit entre la journée du jeudi et celle du jumu’ah). Donc qui est, à ce moment-là, parmi ahlu l-wujûb (litt. Les gens de l’obligation, ceux pour qui on doit l’acquitter) alors elle lui est obligatoire, sinon non. Par rapport à ça, lorsqu’il meurt avant le coucher, même de seulement quelques minutes, la fitrah n’est pas obligatoire. Et s’il meurt après, même de quelques minutes, il est obligatoire de sortir sa fitrah. Et si un bébé nait après le coucher, même de quelques minutes, elle n’est pas obligatoire, mais il n’y a pas de mal à la sortir comme vu précédemment (fitrah du fœtus). Et s’il nait avant le coucher, même de quelques minutes, il est obligatoire de la sortir pour lui.

[…]
Quant au temps préférable (afdal) : il s’agit du matin du ‘îd avant la prière, comme dans le sahîh al bukhârî, du hadîth d’Abî Sa’îd Al-Khudrî (رضي الله عنا) : « Nous sortions, à l’époque du prophète (صلى لله عليه وعلى آله و سلم), un sâ’ de nourriture le jour du fitr. » Et également le hadîth de Ibn ‘Umar : « que le prophète (صلى لله عليه وعلى آله و سلم) a ordonné (amar) de payer la zakât al fitr avant que les gens ne sortent pour la prière. » Rapporté par Muslim et d’autres.

Et Ibn ‘Uyaynah a dit dans son tafsîr, d’après ‘Amrû Ibn Dînâr d’après ‘Ikrimah qui a dit : « L’homme, le jour du fitr, fait précéder la prière par la zakâh car Allah dit (trad. Du sens) : « A réussi, celui qui se purifie (ou donne la zakah), et mentionne le nom de son Seigneur et prie. » (Al a’la : 14-15)

Et c’est pour cela qu’il est préférable de retarder la prière du ‘îd le jour du fitr, afin de laisser plus de temps pour sortir la zakâh.

Quant au temps permis, il est d’un jour ou deux avant le ‘îd. Dans le sahîh al bukhârî, d’après Nâfi’ (note : l’esclave affranchi d’ibn ‘umar) qui dit : « Ibn ‘Umar donnait au petit et au grand au point qu’il donnait à mes fils. Il la donnaient aussi aux collecteurs. Ils la recevaient un jour ou deux avant le fitr. »

Et il n’est pas permis de la retarder jusqu’à la prière du ‘îd. Si il la retarde jusqu’à la prière du ‘îd sans excuse, elle n’est pas acceptée de lui car il a contredit ce qu’a ordonné le messager d’Allah (صلى لله عليه وعلى آله و سلم). Et on a précédemment cité le hadîth d’Ibn ‘Abbâs que « celui qui l’acquitte avant la prière, elle est une zakâh acceptée, et celui qui l’acquitte après la prière, elle est une sadaqah comme les autres. »

S’il la retarde en ayant une excuse, alors c’est bon. (le shaykh cite comme excuse : un obstacle à l’acquittement, le fait que l’annonce du ‘îd arrive soudainement et que la personne ne peut pas sortir la zakâh, ou qu’il a dit à une personne de la sortir et qu’il a oublié.)

[…]
Et les bénéficiaires de la zakâh al fitr sont : les pauvres (fuqarâ) et ceux qui ont des dettes qu’ils ne peuvent acquitter. On leur donne selon leur besoin. Et il est permis de distribuer la zakâh a plus d’un pauvre comme il est permis de donner plusieurs fitar (pl. de fitrah) à un seul pauvre. Car le prophète (صلى لله عليه وعلى آله و سلم) a fixé l’obligation et n’a pas fixé à qui la remettre.

Ainsi, si un groupe assemble leurs fitar dans un seul récipient après les avoir mesurées (chacun le sien) et remettent (le tout) sans le re-mesurer, cela leur est permis.[…]



Ainsi, le shaykh, (رحمة الله) a dit dans son livre (مجالس شهر رمضان) (Assises du mois de Ramadhan) :
Chapitre "la vingt huitième assise : à propos de zakât al fitr" (p.144)

http://www.darwa.com/forum/showthread.php?t=17730
Revenir en haut Aller en bas
http://mamanetmoi.forumactif.com
 
Zakatul-fitr:son jugement,temps,sa mesure..par sheykh Uthaymin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Oummi & Moi notre religion :: LE JEUNE :: ZAKAT EL FITR-
Sauter vers: