AccueilRechercherS'enregistrerConnexionForum Oummi & MoiContacter

Partagez | 
 

 VOICI LE RESUMER DES DIFFERENTS AVIS SUIVI DES ARTICLES

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Oum_aliyah
Admin


Messages : 431
Date d'inscription : 05/07/2009

MessageSujet: VOICI LE RESUMER DES DIFFERENTS AVIS SUIVI DES ARTICLES    Mar 13 Juil - 22:15

VOICI LE RESUMER DES DIFFERENTS AVIS SUIVI DES ARTICLES



Il y a divergece sur le sujet, voici les diverses avis :


Cheykh al Outheimine :
- pas d'excuse valable :flèche: rattrapage des jours manqués
- peur pour l'enfant :flèche: rattrapage des jours manqués


Cheykh al Fawzan :
- cela cause un mal pour elle ou pour elle et son bébé :flèche: rattrapage des jours manqués
- cela cause un mal pour l'enfant uniquement :flèche: rattrapage + Nourrire un pauvre.


Ibn Taymiyua :
- peur pour le bébé :flèche: rattrapage + nourrire un pauvre


Ibn Kathir :- peur pour elle même ou pour le bébé :flèche: rattrapage + nourrire un pauvre


Ibn 'Abbas, Ibn 'Oumar, et cheyk al Albani :
- peur pour elle ou pour le bébé :flèche: nourrire un pauvre sans rattrapage.
.
Revenir en haut Aller en bas
http://mamanetmoi.forumactif.com
Oum_aliyah
Admin


Messages : 431
Date d'inscription : 05/07/2009

MessageSujet: Re: VOICI LE RESUMER DES DIFFERENTS AVIS SUIVI DES ARTICLES    Mar 13 Juil - 22:15

jeûne de la femme enceinte et de celle qui allaite

SHeikh Muhammad Ibn Sâlih al-‘Uthaymîn (rahimahullâh)





Question :

Quand est-il de la femme enceinte ou celle qui allaite qui, tout en étant forte, active et résistante au jeûne, s’abstient de l’observer sans excuse, quel est le jugement sur cela ?


Réponse :

Il n’est pas permis à la femme enceinte ni à celle qui allaite de ne pas observer le jeûne du Ramadhân, si ce n’est pour une excuse valable. Si elle s’en abstient, il est obligatoire pour elle d’effectuer un jeûne de rattrapage [une compensation], sur la base de la parole d’Allâh – Ta’âla :

« Quiconque d’ entre vous est malade ou en voyage, devra jeûner un nombre égal d’autres jours » [1]

Le sens à cela est le malade. Si leur excuse consiste dans leur peur des effets du jeûne sur leur enfant, elles devront, selon l’avis de certains des Gens de science, procéder en plus du jeûne de rattrapage à un don de nourriture au profit d’un pauvre pour chaque jour de jeûne non jeûné. La nourriture peut être du blé, du riz, des dattes ou d’autres aliments consommés par les gens. Certains savants disent : elles peuvent se contenter du jeûne de rattrapage dans tous les cas. Car l’obligation du don de nourriture ne repose sur aucune preuve tirée du Livre et de la Sounnah. Le principe de base est que l’on est déchargé de son application jusqu’à la levée d’une preuve. C’est l’avis de l’imam Abû Hanîfa (rahimahullâh), qui s’avère être le plus solide. [2]


Question :

Concernant la femme enceinte qui craint les effets du jeûne sur elles-mêmes ou sur son enfant, et s’en abstient pour cette raison. Quel est le jugement ?


Réponse :

Notre réponse sur cela est : la femme enceinte ne se situe que dans deux cas :

Le premier de ces cas : elle n’a aucune excuse à ne pas jeûner.

Le deuxième de ces cas : est celui d’une femme enceinte incapable de jeûner soit pour une grossesse avancée, soit pour une faiblesse physique ou pour une autre raison. Dans ce cas, elle ne doit pas observer le jeûne. Elle doit éviter le jeûne si son fœtus risque d’en être affecté. Si elle cesse le jeûne, elle devient comme tous ceux qui sont autorisés à ne pas l’observer pour une excuse valable ; elle devra procéder à un jeûne de rattrapage en l’absence d’une excuse. Quand elle aura accouché et recouvré sa propreté rituelle, elle devra effectuer le jeûne de rattrapage [à titre de compensation]. Mais l’excuse liée à la conception de l’enfant est parfois suivie par l’excuse due à son allaitement. Car celui-ci nécessite que la mère se nourrisse bien, et particulièrement au cours des longues journées de l’été marquées par une chaleur ardente. En effet, elle a alors besoin de s’abstenir de jeûner pour pouvoir allaiter son enfant. Nous disons à celle qui se trouve dans ce cas : Rompez. Mais quand vous n’avez plus d’excuse, vous devrez procéder au rattrapage des jours non jeûnés.

Certains des Gens de science ont dit que si la femme enceinte qui allaite s’abstient de jeûner parce qu’elle craint pour son enfant en jeûnant, sans qu’elle craigne pour elle-même ; elle doit compenser ce jeûne en nourrissant un pauvre pour chaque jour de jeûne non jeûné […] [3]


Notes :
[1] Coran, 2/184
[2] Madjmu’ Fatâwa du SHeikh Ibn Uthaymîn, 19/161-162
[3] Madjmu’ Fatâwa du SHeikh Ibn Uthaymîn, 19/162-163

http://www.manhajulhaqq.com/spip.php?article454
Revenir en haut Aller en bas
http://mamanetmoi.forumactif.com
Oum_aliyah
Admin


Messages : 431
Date d'inscription : 05/07/2009

MessageSujet: Re: VOICI LE RESUMER DES DIFFERENTS AVIS SUIVI DES ARTICLES    Mar 13 Juil - 22:16

Règles du jeûne spécifiques aux femmes

Shaikh Salih Al-Fawzan




Le jeûne du mois de Ramadan est une obligation sur chaque musulman homme et femme et c'est un des piliers et des grandes bases de l'islam. Allah dit :

« Ô les croyants ! On vous a prescrit as-Siyam comme on l’a prescrit à ceux d’avant vous, ainsi atteindrez-vous la piété, » [sourate Al-Baqara : 183]

Le mot "kutiba" (prescrit) signifie ici "furida" rendu obligatoire. Ainsi, quand la jeune fille atteint l'âge dans lequel elle sera tenue responsable de ses actes, et qu’un des signes de puberté devient apparent chez elle, parmi lesquels est la menstruation, alors l'obligation de jeûner commence pour elle. Elle pourrait commencer à avoir ses règles dès l’âge de neuf ans. Cependant, quelques jeunes filles ne sont pas conscientes que l'on exige qu'elles commencent à jeûner à ce point, donc elle ne jeûne pas, pensant qu'elle est trop jeune, ses parents ne lui ordonnent pas non plus de jeûner. C'est une grande négligence, car un des piliers de l’islam est abandonné. Si cela arrive à une femme, elle est obligée de compenser les jours de jeûne qu’elle a abandonné depuis le moment où elle a commencé à avoir ses règles, même si une longue période de temps est passé depuis ce temps-là, car cela reste dans ses obligations.

:point: Qui est obligé de jeûner Ramadan ?

Quand le mois de Ramadan vient, chaque musulman homme et femme qui a atteint l'âge de puberté, est en bonne santé et est résidant (c'est-à-dire ne voyageant pas) est obligé de jeûner. Et quiconque est malade ou voyage pendant le mois, peut rompre le jeûne et rattraper le nombre de jours manqués plus tard. Allah dit :

« Donc quiconque d’entre vous est présent en ce mois, qu’il jeûne ! Et quiconque est malade ou en voyage, alors qu’il jeûne un nombre égal d’autres jours » [sourate Al-Baqara : 185]

De même, quiconque voit arriver Ramadan et est très vieux et incapable de jeûner ou est atteint d’une maladie chronique incurable- homme ou femme - peut rompre le jeûne et nourrir, en compensation, un indigent de la moitié d'un sa' (quatre poignées) de nourriture des gens du pays pour chaque jour manqué. Allah dit :

« Mais pour ceux qui ne pourraient le supporter (qu’avec grande difficulté), il y a une compensation : nourrir un pauvre » [sourate Al-Baqara : 184]

Ibn 'Abbas (radiallahu ‘anhu) a dit : « Ce verset est pour le vieil homme pour qui on espère plus la guérison. » [Sahih Al-Bukhari] Et la personne malade dont on espère plus la guérison tombe sous la règle de la vieille personne. Et il ne doit pas rattraper les jours manqués à cause de son incapacité à jeûner.


La femme a certaines excuses qui lui permettent de rompre le jeûne de Ramadan, à condition qu'elle rattrape les jours de jeûne manqués en raison de ces excuses. Ces excuses sont :

[...]

2. Grossesse et Allaitement : Si à cause du jeûne résulte un mal causé à la femme ou au bébé ou aux deux, elle peut rompre le jeûne si elle est enceinte ou allaite. Mais si le mal pour lequel elle rompt son jeûne s’applique seulement à son bébé et pas elle, alors elle doit rattraper les jours de jeûne qu’elle a manqué et nourrir un indigent chaque jour manqué. Et si le mal s'applique seulement à elle, il lui est suffisant de rattraper les jours manqués. Ceci, car la femme enceinte et la femme qui allaite tombent sous la généralité de la Parole d'Allah :

« Mais pour ceux qui ne pourraient le supporter (qu’avec grande difficulté), il y a une compensation : nourrir un pauvre » [sourate Al-Baqara : 184]

Al-Hafidh Ibn Kathir (rahimahullaah) a dit dans son tafsir (1/379) : « Parmi ceux qui tombent sous la signification de ce verset sont les femmes enceintes et celles qui allaitent, si elles craignent pour elles ou pour leurs enfants. » Et Shaikhul-Islam Ibn Taimiya a dit : « Si une femme enceinte craint pour son fœtus, elle ne doit pas jeûner et rattraper au lieu de cela chaque jour de jeûne manqué et nourrir un indigent avec de 2 kilogrammes de pain. » [Majmu'-ul-Fatawa : 25/318]

[...]


Article tiré du site al-manhaj.com
Son livre Tanbihat 'ala Ahkam takhtassu bil-Mu'minat (pg. 62-67)
Traduit par les salafis de l’Est
Revenir en haut Aller en bas
http://mamanetmoi.forumactif.com
Oum_aliyah
Admin


Messages : 431
Date d'inscription : 05/07/2009

MessageSujet: Re: VOICI LE RESUMER DES DIFFERENTS AVIS SUIVI DES ARTICLES    Mar 13 Juil - 22:16

Avis de Ibn 'Abbas et Ibn 'Omar (2 compagnons)



:point: Qu'en est-il de la femme enceinte et de celle qui allaite ?

Ibn ‘Abbas (Qu'Allah l'agrée) a dit :

« Si la femme enceinte craint pour sa personne et celle qui allaite craint pour son enfant pendant le Ramadhan alors qu'elles mangent et qu'elles donnent à la place pour chaque jour non jeûné à manger à un pauvre et qu'elles ne rattrapent pas les jours non jeûnés.»[22]

Le fait qu'elles ne rattrapent pas les jours est l'avis le plus fondé, d'ailleurs il est celui d'ibn ‘Abbas et d'ibn ‘Omar et on ne leur connaît point de divergence parmi les compagnons.[23]


Notes :
[22] Sahih : voir ce qu'a dit Cheikh El Albani dans El Irwa, vol. 4, p. 19 jusqu'à At-Tabari ( 2758 ) et la chaîne est authentique d'après les conditions de Mouslim

[23] Pour celui qui désire approfondir ce sujet, qu'il retourne au livre Sifat sawm an-nabi fi Ramadhan, d'après Salim al Hilali et ‘Ali Hassan el Halabi.


:point: Concernant les dalils (source : le Jeûne durant le Ramadan, sh. al-Hilali et al-Halabi, éd. al-Hadith)

Anas b. Mâlik a dit : "Nous fûmes envahis par les chevaux du Messager , alors qu'il prenait le déjeuner. Il me dit : "approche toi et mange". Je lui dis que je jeûnais. Il me dit : "Approche-toi que je te parle du jeûne. En effet, Allah Béni et Exalté soit-Il, a dispensé le voyageur de la moitié de la prière ; la femme enceinte et la mère nourrice du jeûne". Par Allah, le Prophète cita les deux cas ou l'un d'entre eux. Hélas si j'avais mangé du repas du Prophète "

(hadith fiable -hassân-, rapporté par At-Tirmidhî, an-Nassâ'î et d'autres).


Par ailleurs, il y a la parole d'Allah subhanahu wa ta`alâ : "Mais pour ceux qui ne pourraient le supporter [qu'avec grande difficulté], il y a une compensation : nourrir un pauvre". (Al-Baqara, v. 184).

Ce verset est exclusivement spécifique au vieux, homme ou femme, au malade atteint d'une maladie incurable et à la femme enceinte ou nourrice. Cela sera expliqué par les hadîth de ibn `Abbâs et Ibn `Umar.

:flèche: Version d'Ibn Abbâs : "Et il fut confirmer que lorsque le vieillard et la vieille ne peuvent jeûner qu'avec difficulté de même que la femme enceinte et la nourrice qui craignent pour leur santé, ils peuvent rompre le jeûne et nourrir un pauvre pour chaque jour [non jeûné]".

:flèche: Version d'Ibn `Umar : Mâlik a rapporté d'après Nâfi' qu'Ibn `Umar fut questionné à propos de la femme enceinte qui craint pour la santé de son bébé. Il répondit : "elle rompt le jeûne et nourrit un pauvre d'un mud de blé pour chaque jour [de jeûne manqué]".
(authentique selon l'imâm ash-Shâfi`î, rapporté par al-Bayhaqî)
Ou encore Ibn `Umar a dit : "La femme enceinte et la nourrice rompent le jeûne et ne s'en acquittent pas" (authentique, rapporté par Dâraqutnî).




Pour l'avis d'Ibn 'Abbas :
http://www.sounna.com/spip.php?article154
Revenir en haut Aller en bas
http://mamanetmoi.forumactif.com
Oum_aliyah
Admin


Messages : 431
Date d'inscription : 05/07/2009

MessageSujet: Re: VOICI LE RESUMER DES DIFFERENTS AVIS SUIVI DES ARTICLES    Mar 13 Juil - 22:16


SHeikh al-‘Uthaymîn



La femme enceinte et la nourrice, si le jeûne leur est pénible à cause de la grossesse ou de l’allaitement, ou par crainte pour la santé de leur enfant, peuvent ne pas jeûner ; elles compensent alors les jours perdus une fois que le jeûne leur sera devenu plus facile et qu’elles ne craignent plus pour leur enfant.


http://www.fatwas.online.fr/articles/siyam.htm



Revenir en haut Aller en bas
http://mamanetmoi.forumactif.com
Oum_aliyah
Admin


Messages : 431
Date d'inscription : 05/07/2009

MessageSujet: Re: VOICI LE RESUMER DES DIFFERENTS AVIS SUIVI DES ARTICLES    Mar 13 Juil - 22:17

La femme enceinte et allaitante : droits et devoirs

Shaikh Muhammad Nasir- Din Al-Albâni




Question :

J'ai lu dans le livre « La description du jeûne du prophète durant le mois de Ramadan », de Salim Hilali et ‘Ali Hasssan ‘Abdul-Hamid que la femme enceinte et celle qui allaite, si elles craignent pour leur vie ou celle de leur enfant, rompent leur jeûne et nourrissent (en guise d'expiation) pour chaque jour non-jeûné une personne indigente, sans avoir à accomplir ce jeûne ultérieurement. Quelle est la véracité de ces propos ? Nous espérons une explication qu'Allah vous récompense par un bien.


Réponse [5] :

Il ne leur est pas demandé de repousser ultérieurement leur jeûne, mais il leur est demandé, en guise d'expiation, de nourrir un pauvre pour chaque jour non jeûné. Telle est la réponse, la bonne réponse. Quant à la condition citée, qui est : « Si la femme enceinte ou la femme qui allaite craint pour sa vie ou celle de son enfant », cette condition a été établie à partir d'efforts personnels de certains savants. Elle ne peut être imposée à la femme enceinte ou la femme qui allaite car le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam)a dit : « Allah, l'Exalté, a dispensé de jeûne la femme enceinte et la femme qui allaite ».

Ibn ‘Abass a commenté le verset : « Quiconque d'entre vous est malade ou en voyage, jeûnera (plus tard) un nombre égal de jours. Et à ceux qui ne peuvent jeûner qu'avec difficulté, incombe, en expiation, de nourrir un pauvre ».

Il a dit : « La femme enceinte et la femme qui allaite doivent nourrir un pauvre ».

La condition précédemment citée est ici inexistante : que la femme enceinte ou celle qui allaite craint pour sa vie ou celle de son enfant.

En résumé : Il est donc permis à toute femme enceinte et à toute femme qui allaite de rompre son jeûne mais elles doivent en guise d'expiation nourrir un pauvre pour chaque jour non jeûné et elles ne sont pas tenues d'accomplir leur jeûne ultérieurement.



Notes :
[5] Fatwa extraite de la cassette numéro 25/2, face A.



Traduit par Abu Abdillah
Revu par les salafis de l'est
Revenir en haut Aller en bas
http://mamanetmoi.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: VOICI LE RESUMER DES DIFFERENTS AVIS SUIVI DES ARTICLES    

Revenir en haut Aller en bas
 
VOICI LE RESUMER DES DIFFERENTS AVIS SUIVI DES ARTICLES
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Oummi & Moi notre religion :: LE JEUNE :: LA FAMILLES :: La femme-
Sauter vers: