AccueilRechercherS'enregistrerConnexionForum Oummi & MoiContacter

Partagez | 
 

 ABOU DHARR radhi Allahou 'anhou

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: ABOU DHARR radhi Allahou 'anhou   Jeu 16 Juil - 14:53


ABOU DHARR radhi Allahou 'anhou








Son nom et sa généalogie

Jundub Ibn Junadah, surnommé Abou Dharr Al-Ghiffâri, appartenait à la tribu de Waddan.

Abou Dharr disait lui-même : "Mon vrai nom est Joundab Ibn Jounada, mais après ma conversion à l'Islam, le Saint Prophète m'a donné le nom de `Abdoullâh, et c'est le nom que j'aime le plus".

Les historiens s'accordent pour affirmer qu'Abou Dharr était le fils d'Ibn Qays اaghîr Ibn Hazm Ibn Ghifâr et que sa mère s'appelait Ramla Bint Waqî'a Al-Ghifâriya.

Le rejet du polythéisme

Lors d'une période de grande famine, les chefs de la tribu de Ghifâr se réunirent pour concerter et réfléchir au moyen de faire face à la terrible situation, due à la longue absence de pluie et dans laquelle les bêtes étaient devenues décharnées et maigres, et les provisions et les stocks épuisés. Dans cette réunion, on se demandait :

"Pourquoi notre dieu (l'Idole Manât) s'est-il fâché contre nous, alors que nous avons prié pour la descente de la pluie, sacrifié des chameaux en offrande et fait tout notre possible pour gagner sa faveur? La saison de pluie arrive à son terme. Pourtant il n'y a pas trace d'un nuage dans le ciel. Il n'y a eu ni tonnerre ni averse ces temps-ci, ni même une goutte de pluie ou une bruine! Que faut-il penser?

Sommes-nous devenus si pervers pour mériter la colère de dieu? Pourquoi se sent-il si en colère contre nous, alors que nous avons offert tant de sacrifices pour lui faire plaisir?"
Les gens se mirent à réfléchir sur le sujet et à échanger leurs vues. Ils pensèrent : "L'homme ne peut rien contre la volonté du ciel. Personne ne peut faire venir des nuages et de la pluie du ciel. Seul "Manât"en est capable.

C'est pourquoi, nous n'avons d'autre alternative que de sortir, hommes et femmes, pour le pèlerinage, afin de prier et d'implorer le pardon de "Manât". Peut-être nous pardonnera-t-il et fera-t-il descendre la pluie pour que la terre redevienne verte après la période de stérilité, notre pauvreté se transforme en prospérité, notre malheur en bonheur et nos difficultés en aisance et confort.
Aussi toute la tribu commença à préparer une journée de prière et un voyage auprès de Manât. Ceux qui dormaient se réveillèrent et accoururent pour installer les litières sur leurs chameaux. Ounays (le frère d'Abou Dhar) enfourcha lui aussi son chameau pour rejoindre la caravane qui se dirigeait déjà vers les côtes de la mer,


Mushalsal et Qadîd qui relient la Mecque et Médine et où se dressait Manât. Ounays cherchant autour de lui son frère et ne le trouvant pas fit s'asseoir son chameau et courut à pied pour voir s'il était resté à la maison. En y arrivant, il cria : "Jundab! Jundab!». Lorsqu'il vit son frère allongé tranquillement sur son lit, il lui dit, étonné :
- N'as-tu pas entendu "l'appel" au voyage?
- Si, mais que dois-je faire lorsque je me sens fatigué et que de plus je n'ai pas envie d'aller en pèlerinage à Manât, répondit Abou Dhar.
- Tais-toi! Demande pardon au dieu. Ne crains-tu pas qu'il t'entende et qu'il envoie sur toi son courroux? le gronda Ounays.
- Mais es-tu sûr que Manât puisse nous entendre et nous voir? lui rétorqua Abou Dhar.
- Qu'est-ce qu'il t'arrive aujourd'hui? Un génie a-t-il eu raison de ton esprit? Ou bien es-tu malade? Viens! Repens-toi. Peut-être dieu acceptera-t-il tes remords, lui dit Ounays.
Voyant Abou Dharr rester dans son lit, son frère le hâta : "Lève-toi. La caravane est partie. La tribu s'éloigne».
Alors que les deux frères discutaient, leur mère arriva. Ils se turent.
- La mère : Mes fils, quelles sont vos opinions?»
- Ounays : A propos de quoi? Mère.
- La mère : A propos de la pluie.
- Ounays : Nous sommes d'accord avec ce que tu suggérerais.
- La mère : Je propose que vous alliez voir votre oncle maternel qui est un homme riche.
- Ounays : D'accord. Comme tu voudras. Que dieu améliore notre condition !
Abou Dharr et Ounays accompagnés de leur mère, se rendirent chez leur oncle. Celui-ci les accueillit avec grande hospitalité. Ils restèrent chez lui pendant longtemps. Le confort et le plaisir y remplacèrent les difficultés et la peine dans lesquelles ils se débattaient jadis. Lorsque les membres de leur tribu apprirent que leur oncle se montrait très bon envers ses deux neveux et qu'il les aimait comme ses propres fils, ils furent pris de jalousie et décidèrent de préparer un plan en vue de le faire se détacher d'eux. Ils réfléchirent ensemble sur les différents moyens de parvenir à leurs desseins perfides, et ils finirent par choisir un homme pour exécuter le plan de leur conspiration. Cet homme alla voir l'oncle d'Abou Dharr et s'assit à ses côtés calmement, la tête baissée. L'oncle d'Abou Dharr lui demanda : "Comment vas-tu?».
L'homme affecta un air triste et dit : "Je suis venu te voir pour une affaire importante. Si je n'avais pas une grande affection et un grand respect pour toi, je ne te dirais rien. Mais ma loyauté m'a obligé à venir pour t'en parler. Je voudrais te réveler ce que tu ignores afin que tu puisses voir toi-même ce qui se passe, car je vois que les faveurs que tu fais à certains sont récompensées par l'ingratitude».

L'oncle d'Abou Dharr sentit que quelque chose allait mal. Il s'inquiéta et dit : "Parle franchement et dis-moi tout».
L'homme dit : "Comment pourrais-je te dire que lorsque tu sors de la maison, ton neveu Ounays, tient compagnie à ta femme et lui parle secrètement. Je ne saurais te dire ce qu'il lui dit».

L'oncle d'Ounays protesta : "C'est une fausse accusation contre lui, et je ne crois pas du tout à ton insinuation».
L'homme répondit : "Nous aussi, nous aurions voulu que ce soit une fausse allégation et une pure calomnie. Mais malheureusement, je suis obligé d'affirmer, que c'est la vérité».
L'oncle d'Ounays lui demanda de lui fournir une preuve à l'appui de cette accusation. L'homme répondit : "Toute la tribu peut en témoigner. Tout le monde l'a vu et a le même sentiment. Si tu le désires, je pourrais te fournir d'innombrables témoignages de ma tribu».
Ayant entendu ces propos, le pauvre oncle commença à penser à son honneur et à son prestige. Il se sentit blessé dans sa dignité.

L'homme sortit de chez lui après lui avoir fait cette révélation abjecte qui laissa sur lui l'effet d'une morsure de serpent.
L'oncle d'Ounays était maintenant convaincu de la véracité de l'accusation. Il fit beaucoup d'effort pour garder son sang-froid et son esprit en paix, mais en vain. Il se sentait, jour et nuit, triste, angoissé et comme saisi d'épouvante. Chaque fois que son neveu se trouvait devant lui, il détournait son visage. Un silence pesant régnait sur toute la maison.
Lorsqu'Abou Dharr remarqua les traits de tristesse envahissant le visage de son oncle, il lui demanda : "Cher oncle! Qu'est-ce qui t'est arrivé? J'ai remarqué que tu as changé depuis quelques jours. Tu nous parles très peu, contrairement à l'habitude, et tu as l'air très pensif et dépressif».
L'oncle répondit : "Il n'y a rien d'anormal».
Abou Dharr insista : "Non, il y a certainement quelque chose. Dis-moi s'il te plaît ce qui ne va pas. Peut-être pourrais-je te débarrasser de tes ennuis ou partager une partie de tes angoisses».
L'oncle dit : "Je ne peux pas décrire ce que les hommes de ma tribu m'ont appris».
Abou Dharr revint à la charge : "S'il te plaît, dis-moi ce qu'ils t'ont rapporté».
Son oncle finit par céder : "Ils disent que Ounays rencontre ma femme quand je sors de la maison».
Ayant entendu ces calomnies, Abou Dharr sentit le sang lui monter au visage et devint rouge de colère : "Tu viens de gâcher toutes les faveurs que tu nous as faites. Nous partirons tout de suite et nous ne te reverrons plus jamais».
Ils quittèrent ainsi leur oncle et s'établirent à "Batn Marwa", près de la Mecque. C'est là qu'Abou Dharr découvrit l'apparition du Prophète dans la ville de la Mecque. Il s'intéressa vivement à cet événement et voulut absolument en savoir plus.

Sa conversion (-13 H)

Il est la troisième personne dans la liste des quatre pionniers qui ont en premier lieu embrassé l'Islam.

Un jour, il demanda à son frère Ounays d'aller à la Mecque et de trouver des renseignements sur le Prophète.

Ounays était sur le point de partir pour la Mecque lorsqu'on vit venir un homme qui se dirigea directement vers la maison d'Abou Dhar.
"D'où viens-tu?» lui demanda Abou Dhar.
"Je viens de la Mecque», répondit l'homme. "Quelle est la situation là-bas?», demanda encore Abou Dhar.
"On y parle d'un homme qui se dit être Prophète et recevoir des révélations du ciel» dit l'homme.
Abou Dharr poursuivit : "Qu'ont fait les Mequois de lui?».
"Ils l'ont démenti, torturé et ils ont mis les gens en garde de le rencontrer. Ils menacent et terrorisent quiconque le voit», répondit l'homme.
"Pourquoi les gens ne le croient-ils pas?» interrogea Abou Dhar.
"Comment le croiraient-ils alors qu'il vilipende leurs dieux, les traitent de stupides et qualifie leurs ancêtres de pervers!», répondit l'homme.
"Il dit cela vraiment?» demanda Abou Dharr intéressé.
"Ah oui. Et il dit que Dieu est Un...», confirma-t-il.
Abou Dharr se mit à réfléchir à propos de l'homme qui avait dit que Dieu est UN. Il continua à penser pendant un certain temps. Le visiteur le regarda et le trouvant pensif, il prit congé et partit.
Après son départ, Abou Dharr s'adressant à son frère, lui dit : "Va à la Mecque et essaie de trouver cet homme. Il affirme qu'il reçoit des révélations du Ciel. Quel est le mode de sa conversation? Vois s'il est sincère ou non dans ses paroles».

Ounays entreprit le voyage. Après avoir traversé différentes stations, il arriva à la Mecque et se dirigea vers la Ka`bah pour accomplir les rites de pèlerinage. Lorsqu'il sortit de la Ka`bah, il vit un attroupement. Il demanda à un homme qu'il croisa : "Qu'est-ce qu'il y a là?».
L'homme répondit : "Un apostat qui appelle les gens à une nouvelle foi».
Dès que Ounays entendit ceci, il accourut vers le lieu de rassemblement. Une fois sur place, il vit un homme dire : "Louanges à Dieu! Je fais Ses louanges et Lui demande secours. Je crois en Lui, je dépends de Lui et j'atteste qu'il n'y a de Dieu, en dehors de Lui, IL est sans partenaire».

Selon le récit d'al-Subaytî, Ounays entendit cet homme proclamer : "Ô gens! Je vous ai apporté les bénédictions de ce monde et de l'autre monde. Dites qu'il n'y a pas de dieu, sauf Dieu pour que vous soyez délivrés. Je suis le Messager de Dieu et je suis envoyé pour vous. Je vous mets en garde contre la punition du Jour du Jugement.

Rappelez-vous que personne ne sera sauvé, en dehors de ceux qui se présentent devant Dieu avec un coeur humble. Ni les riches ne vous seront d'aucun secours, ni vos enfants ne pourront rien pour vous. Craignez Dieu, IL sera bon envers vous. Ô gens! Ecoutez-moi! Je dis clairement que vos ancêtres avaient dévié du droit chemin en adorant ces idoles et vous aussi vous êtes en train de suivre leurs traces. Rappelez-vous que ces idoles ne peuvent ni vous nuire ni vous être utiles. Elles ne peuvent ni vous arrêter ni vous guider».

Ounays fut étonné par le discours éloquent du Prophète (ا), mais il fut aussi surpris d'entendre les gens autour de lui tenir différents propos contre le Messager de Dieu.
Celui-ci ayant entendu ces attaques, dit : "Les Prophètes ne mentent pas. Je jure par Dieu en dehors Duquel il n'y a pas de dieu, que j'ai été envoyé pour vous comme Messager. Par Dieu vous mourrez comme si vous dormiez et vous serez ressuscités comme si vous vous réveilliez. Vous serez rappelés par Dieu pour rendre des comptes sur vos actes. Après quoi, vous entrerez éternellement, selon le verdict, en Enfer ou au Paradis».

Puis, il enfourcha son chameau et repartit. Il continua à penser à Mohammad (ا), le Prophète de Dieu, tout au long du voyage, et à se rappeler son discours jusqu'à ce qu'il rejoignît Abou Dhar.

Dès que ce dernier le vit, il lui demanda avec enthousiasme et impatience : "Qu'as-tu vu à la Mecque?»
"J'ai vu un homme, rapportait Ounays, qui appelait les gens à la noblesse de caractère. Ce qu'il dit n'est pas de la poésie.
- "Que disent les gens à son sujet" ? demanda Abou Dhar.
- "Ils disent qu'il est magicien, voyant et poète".
- "Ma curiosité n'est point satisfaite. J'ai besoin d'en savoir plus sur la mission de ce Prophète. Veux-tu prendre soin de ma famille pendant mon absence"?
- "Oui. Mais prends garde aux Mecquois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ABOU DHARR radhi Allahou 'anhou   Jeu 16 Juil - 14:54

Dès son arrivée à la Mecque, Abou Dharr ressentit une appréhension. Il décida, par conséquent, d'agir avec précaution. les Quraïshites étaient vraisemblablement courroucés par la remise en cause de leurs dieux. Abou Dharr était au courant de leur violence à l'égard des disciples du Prophète (صلى الله عليه و سلم), aussi n'eut-il pas de surprise en arrivant. Il se retint également d'interroger quiconque sur le compte de Muhammad, ne sachant distinguer l'ennemi du fidèle.

A la tombée de la nuit, il s'allongea dans la Mosquée sacrée. `Alî Ibn Abî Talib voyant qu'il était étranger lui offrit l'hospitalité. Au matin, Abou Dharr retourna à la Mosquée après avoir récupéré sa poche d'eau et son sac. Il ne posa aucune question et on ne lui en posa aucune.

Le jour suivant, Abou Dharr n'apprit rien de plus sur le Prophète (صلى الله عليه و سلم). Le soir, alors qu'il se préparait à dormir dans la Mosquée, `Alî passait de nouveau par là. Il lui dit : "N'est-ce pas l'heure pour un homme de rentrer chez soi ?"
Abou Dharr accepta son invitation et passa sa seconde nuit chez `Alî . Une fois de plus, personne n'interrogea l'autre sur quoique ce soit.
Toutefois, au bout de la troisième nuit, `Alî lui demanda :
- "Ne vas-tu pas me dire ce qui t'amène à la Mecque" ?
- "A la condition que tu promettes de me conduire à ce que je cherche".
`Alî promit, alors Abou Dharr lui dit :
- "Je suis venu de loin afin de rencontrer le nouveau Prophète (صلى الله عليه و سلم) et écouter ce qu'il a à dire".
Le visage d'`Alî s'illumina de joie, puis il s'exclama :
- "Par Dieu, il est véritablement le Messager de Dieu !"
Il parla du Prophète (صلى الله عليه و سلم) et de ses enseignements. Il ajouta enfin :
- "Quand nous nous lèverons demain matin, suis-moi où que j'aille. Si je sens un danger, je m'arrêterai comme si je voulais uriner. Si je continue à marcher, suis-moi et entre là où j'entrerai".
Abou Dharr ne ferma pas l'œil de la nuit, tellement il était impatient de voir et d'écouter le Prophète (Paix et Bénédiction de Dieu sur lui). Le lendemain matin, il suivit de près `Alî , jusqu'à ce qu'ils se retrouvent en présence du Prophète (Paix et Bénédiction de Dieu sur lui).
- "Que la paix soit sur toi, Ô Messager de Dieu", salua Abou Dhar.
- "Et sur toi la paix de Dieu, Sa miséricorde et Ses bénédictions", répondit le Prophète (صلى الله عليه و سلم).

Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) l'accueillit donc et l'invita à l'Islam en lui récitant quelques versets du Coran. Rapidement, Abou Dharr prononça l'attestation de foi et adopta la nouvelle religion sur le champ.

Son prêche à la Mecque
Il raconte : "Après ma conversion, je suis resté avec le Prophète (صلى الله عليه و سلم) afin de me former à l'Islam et d'apprendre à lire le Coran. Il me dit :
- "Ne parle à personne ici de ton adhésion à l'Islam. Ils te combattraient".
- "Par celui qui détient mon âme entre ses mains, je ne quitterai pas la Mecque sans me rendre à la Mosquée sacrée et proclamer la Vérité au milieu des Quraïshites" jurais-je.
Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) se tut. J'allais donc à la Mosquée où les Quraïshites étaient assemblés en pleine discussion. Je me mêlais à eux et criais du plus fort que je pus : "Ô gens des Quraïshites, je témoigne qu'il n'y a d'autre Dieu que Dieu et que Muhammad est son Messager".

Mes mots eurent un effet immédiat sur eux. Ils sautèrent sur leurs jambes et s'exclamèrent : "Attrapons-le, lui qui a abandonné sa religion".
Ils bondirent sur moi et me frappèrent sans merci. Ils avaient clairement l'intention de me tuer. Toutefois, Al-'Abbâs Ibn Abdulmuttalib, l'oncle du Prophète (صلى الله عليه و سلم), me reconnut. Il se pencha sur moi pour me protéger de leurs coups. Il leur dit : "Malheur à vous ! Voulez-vous tuer un homme des Ghifar, alors que vos caravanes passent par leur territoire ?"
Là seulement, ils me relâchèrent. Je retournais chez le Prophète (صلى الله عليه و سلم). Lorsqu'il vit mon état, il dit : "Ne t'avais-je pas dit de garder le secret sur ta conversion" ?
- "Ô Messager de Dieu, dis-je. Mon âme avait besoin de s'exprimer, alors je l'ai laissée s'exprimer".
- "Va trouver ton peuple, ordonna le Prophète (صلى الله عليه و سلم). Dis-leur ce que tu as vu et entendu. Invite-les à Dieu. Peut-être Dieu les comblera de bien par ton entremise et te récompensera à travers eux. Le jour où tu entendras que je me suis fait connaître ouvertement, alors viens à moi".

Le prêche à sa famille
Il raconte : Je quittai la ville et retournai vers mon clan. Mon frère m'interrogea : "Qu'as-tu fait ?"
Je lui expliquais que j'étais devenu musulman et je croyais désormais à la vérité des enseignements de Mouhammad. Il me répondit : "Je ne suis pas opposé à ta religion. De fait, je suis moi aussi musulman et croyant".
Tous deux, nous allâmes chez notre mère afin de l'inviter à l'Islam. Sa réponse fut : "Je n'ai rien contre votre religion. J'accepte également l'Islam".

Le prêche dans sa ville

La nuit tomba. Alors qu'ils étaient allongés sous leurs tentes pour se remettre de leur fatigue due au voyage, ils entendirent quelques hommes de leur tribu qui se trouvaient là se raconter des histoires et relater différents événements. Ils étaient occupés à d'interminables conversations.
Lorsqu'Abou Dharr tendit l'oreille pour savoir de quoi ils parlaient, il comprit qu'il était le sujet de leur discussion. Par la suite, ces hommes se levèrent et se dirigèrent vers sa tente. Abou Dharr dit à son frère Ounays : "Les hommes de la tribu s'approchent de notre tente. Sors pour les voir».
Ounays sortit tout de suite. Il vit quelques jeunes hommes de sa tribu rassemblés là. Ils se dirigèrent vers lui. Ils le saluèrent. Après avoir répondu à leur salutation, Ounays leur demanda le motif de leur visite. Ils répondirent : "Nous sommes venus simplement pour vous voir tous les deux».
Ounays rentra dans la tente et dit à Abou Dhar : "Les jeunes de la tribu sont venus pour en savoir plus sur notre voyage». Abou Dhar dit : "Fais-les entrer. Je vais leur parler. Peut-être réussirais-je à en faire des adorateurs de Dieu, l'Unique.
Ounays ressortit et dit aux jeunes : "Entrez! Mon frère Abou Dharr vous attend».
Ils entrèrent tous. L'un d'eux dit : "Ô Abou Dhar! Nous ne t'avons pas vu depuis longtemps, ce qui nous a beaucoup attristés».
Abou Dharr dit : "Chers jeunes gens! J'ai beaucoup d'affection et de sympathie pour vous dans mon coeur».
- Un jeune homme : Abou Dhar! Où étais-tu depuis si longtemps? Nous ne pouvions pas te joindre depuis quelque temps.
- Abou Dhar : J'étais allé à la Mecque. J'en suis revenu depuis quelques jours.
- Un autre homme : Nous sommes contents que tu sois allé à la Mecque.

- Abou Dhar : Je suis allé à la Mecque, mais je n'y ai évidemment pas offert de sacrifice à Hubâl ni ne me suis prosterné devant "Lât" et "`Uzzâ". Chers jeunes gens! Pourquoi aurais-je fait de telles cérémonies devant ces idoles qui n'ont pas de vie et qui ne peuvent faire ni de bien ni de mal à personne? Elles ne peuvent ni voir ni entendre, ni parer à une calamité qui s'abattrait sur elles. Ecoutez-moi bien! Je recours à Dieu dans toutes mes actions et affaires. IL est certainement Unique et sans égal ni partenaire. J'atteste que Dieu est le Seul à être digne d'adoration. IL est le Créateur de toutes choses et le Nourricier de toutes les créatures. Je vous demande donc de vous joindre à nous dans notre plan d'action et de reconnaître l'Unicité de Dieu comme nous».
En entendant ce discours inouï, tout le monde se mit à trembler. L'un des visiteurs dit avec étonnement : "Ô Abou Dhar! Que dis-tu là?!».
Abou Dharr reprit : Ecoutez bien ce que je vais vous dire. Bien que je ne puisse voir Dieu avec mes yeux, je Le vois partout avec mon oeil intérieur.

On peut Le voir à travers toutes les choses dans le monde. Réfléchissez bien! Comment un objet peut-il être digne de faire l'objet de l'adoration de l'homme, alors qu'il est fait avec les mains de l'homme? Il n'est pas raisonnable d'adorer des idoles faites de pierre et de bois, et de les implorer de satisfaire nos besoins! Chers frères! Vous n'êtes pas sans savoir que ces idoles n'ont aucun pouvoir. Elles ne peuvent ni éloigner un malheur ni apporter le bien».

Une fois ces exhortations d'Abou Dharr terminées, les jeunes gens échangèrent des propos à voix basse puis prirent congé.

Le prêche au chef de sa tribu Khafâf

Le chef de la tribu averti par ces jeunes dépêcha son esclave chez Abou Dharr pour le faire venir chez lui. En arrivant à destination, l'esclave dit : "Abou Dharr et Ounays sont convoqués chez le chef».

Abou Dharr l'informa qu'il pensait justement aller le voir. Après le départ de l'esclave, Abou Dharr s'arma de son épée et dit à son frère : "Allons voir Khafâf».
Ounays observa : "Frère! J'ai entendu de mauvaises choses sur toi par les gens. Je crains que cette rencontre soit inopportune. Quelque chose d'imprévu peut se produire».
Abou Dharr lui répondit : "Non! Cela n'arrivera pas. Je connais Khafâf très bien. C'est un homme sage. Dieu l'a doué de raison. Il est le plus intelligent de toute notre tribu».
Les deux frères sortirent et se dirigèrent vers la résidence de Khafâf en discutant.

Une fois arrivés à destination ils virent les notables de la tribu, assis en cercle autour du chef. S'adressant à l'assemblée, Abou Dhar salua : "Que la paix soit sur vous».

Les notables furent offusqués par la salutation islamique d'Abou Dhar, et furieux, ils lui dirent : "Qu'est-ce que cette salutation qu'on n'a jamais entendue avant?!».
L'un des notables ajouta : "C'est triste! Nous ne savons pas de quel côté va Abou Dhar».
Un autre reprocha : "Regardez! Il est assis avec son épée. Il n'a pas de respect pour le chef».
Un troisième homme rectifia : "Tu as raison! Mais il est un cavalier de la tribu et les guerriers sont toujours armés.».
Abou Dharr intervint : "Ecoutez-moi! Je vous respecte parce que vous êtes les nobles de la tribu. Nous sommes fiers de vous et nous vous tenons en estime. La salutation que je vous ai adressée est introduite par l'Islam».
Ensuite, Abou Dharr et Ounays prirent place juste devant le chef de la tribu, Khafâf. Celui-ci commença à parler sur un ton correct mais vif : "Ô Abou Dhar! J'ai appris que tu as été amené à adorer Dieu, Qui est Invisible. Les notables de la tribu sont choqués par cette attitude. Ils disent que tu insultes leurs dieux et prétends qu'ils sont des objets dépouillés de toute sagesse.

Ô Abou Dhar! Nous te respectons, mais cela ne signifie pas que nous soyons enclins à tolérer qu'on insulte nos dieux. Je te demande de te défaire de tes idées nouvelles et de revenir à ta religion ancestrale, ou à défaut, de m'expliquer ta nouvelle foi afin que je puisse comprendre sa vérité. En retour, je te promets de l'accepter, si tu arrives à nous démontrer qu'elle est raisonnablement meilleure que la nôtre».
Abou Dharr répondit : "O, Chef de notre tribu! Nous te respectons et t'honorons, quoi que tu dises. Mais en même temps, nous voudrions t'expliquer que Dieu, l'Unique, que nous avons décidé d'adorer et en Qui nous croyons, est Celui-là même qui a créé le ciel et la terre, Qui donne subsistance à toutes les créatures,

Qui contrôle la vie de tous objets animés et Dont le Pouvoir est illimité. Les idoles que nous adorions jusqu'à maintenant ont été fabriquées avec nos mains et à l'aide de nos ciseaux et marteaux. Est-il raisonnable de penser que celui que nous avons fabriqué avec nos mains puisse être notre créateur, notre nourricier et l'auditeur de nos prières? L'homme est le plus noble de toute la création. Comment sa dignité permet-elle qu'il incline la tête devant une pierre? Chef! Pense, s'il te plaît, sans passion à ce que je dis.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ABOU DHARR radhi Allahou 'anhou   Jeu 16 Juil - 14:55

Ces idoles n'ont pas le pouvoir même de se protéger de leurs ennemis. Ecoute-moi, Ô Chef! Un jour je suis allé auprès de Manât et je lui ai offert un verre de lait. Alors que j'étais encore là, un renard est venu. Il but le lait et urina sur Manât. Cet incident eut un grand effet sur moi, et je me suis dit comment un dieu peut être à ce point sans défense! Cela m'a montré clairement que Manât ne saurait être un dieu.

Je suis sûr que tout homme raisonnable pensera que le Créateur du ciel est supérieur au ciel, et que le Fondateur de la terre est meilleur que la terre. Conformément à ce raisonnement, les idoles ne peuvent être meilleures que nous, et n'étant pas supérieures à nous, il est insensé pour nous de les adorer. Ô Chef! Je suis arrivé à la vérité que Dieu l'Unique est le Créateur et le Nourricier de tout l'Univers, et que Mouhammad al-Mustafâ qui a été envoyé à la Mecque est Son Messager. Mouhammad (صلى الله عليه و سلم) possède de telles hautes qualités que personne dans le monde ne peut l'égaler. Les Quraych qui sont ses pires ennemis admettent sa sincérité, sa véracité et ses qualités.

Bien qu'ils sachent parfaitement que Mouhammad est contre leurs dieux et leur religion, ils l'ont surnommé al-Sâdiq al-Amîn (le Véridique, le Sincère), comme je viens de l'apprendre dernièrement. ةcoutez! La lumière rayonne de son visage et la sagesse découle de ses mots».
Dès qu'Abou Dharr termina son discours, un vacarme s'éleva de partout. "Quel gentil discours fait Abou Dhar, là! Nos dieux sont donc des sourds-muets! Abou Dhar a insulté notre foi et humilié nos dieux».
Quelques-uns dans l'assistance prirent la défense d'Abou Dhar : "Nos amis! Ne dites pas de bêtises. Nous disons sincèrement que tout ce qu'Abou Dharr a dit nous semble juste, et la raison nous commande d'accepter la vérité. Nous sommes sûrs que nous ne pouvons avoir meilleure guidance que celle qu'Abou Dharr nous a apportée».
Une autre voix s'éleva : "L'Arabie a besoin d'un réformateur et personne ne s'avère être meilleur réformateur que celui que nous a présenté Abou Dhar».

Une autre voix encore approuva : "Le discours d'Abou Dharr est très raisonnable».
Puis une voix très forte s'éleva, perçant les tympans des oreilles : "Ô Abou Dhar! J'atteste qu'il n'y a de dieu que Dieu et que Mouhammad est Son Messager!».
Constatant ces différentes opinions, Khafâf, le chef de la tribu, après mûre réflexion, leva la tête et dit : "Chers hommes de la tribu! Ecoutez-moi bien attentivement! Vous avez entendu tout ce qu'Abou Dharr a dit. Il est de notre devoir de réfléchir à son discours très soigneusement et de voir quelle part de vérité il contient. La précipitation est déconseillée. Il serait insensé de rejeter les suggestions de quelqu'un avant de les avoir examinées. Mes amis! Vous êtes conscients de la confusion dans laquelle nous sommes plongés et des crimes dans lesquels nous sommes impliqués.

Les riches exploitent les pauvres et il n'y a pas de limites aux péchés et au mal que nous commettons. Je suis arrivé à la conclusion que je doive accepter et épouser ce qu'Abou Dhar dit. Maintenant, il vous appartient de former votre opinion vous-mêmes. Ecoutez-moi tous : J'atteste qu'il n'y a de dieu que Dieu et j'atteste que Mouhammad est Son Messager».

Le prêche sur 'Asfân

Après avoir infusé l'esprit de l'Islam dans la tribu de Ghifâr, Abou Dharr concentra son attention sur 'Asfân. Arrivant à cet endroit, il prêcha l'Islam aux gens.

Etant donné que cette région constituait un passage très fréquenté par les Quraych et qu'Abou Dharr éprouvait un sentiment de malaise envers ces derniers en raison des tortures qu'ils lui avaient fait subir, il mit un peu de rigueur pour les faire se convertir à l'Islam. Lorsqu'un groupe de Quraych arriva à cet endroit, il lui présenta l'Islam et un grand nombre de ce groupe embrassa la nouvelle Foi.

Le début de l'émigration des musulmans vers Médine

Ounays apporta à son frère Abou Dharr ces bonnes nouvelles et lui dit : "L'Islam s'est répandu à Médine. Les Aws et les Khazraj ont embrassé l'Islam!».
Abou Dharr annonça : "Le Messager de Dieu ira très bientôt les rejoindre et émigrera à Médine».
Ounays regarda, d'un air surpris, son frère et lui demanda : "T'a-t-on déjà apporté cette information?».
Abou Dharr répondit : "Non, Pas plus que je ne savais rien jusqu'à ton arrivée, de la conversion des habitants de Yathrib (Médine) à l'Islam».
- Ounays : Mais alors, comment sais-tu que le Messager de Dieu émigrera à Yathrib?
- Abou Dhar : Il m'avait dit, le jour même où je l'avais vu pour la première fois, qu'il irait à une ville de dattiers, et je pense que cette ville est Yathrib. Le Prophète avait dit la vérité.
- Ounays : Est-il possible que sa tribu (les Quraych) le laisse partir avec les Musulmans sans penser qu'il reviendrait avec une armée pour l'attaquer?
- Abou Dhar : Les Quraych pourraient le laisser ou ne pas le laisser partir, peu importe. Mais lui en tout cas, il émigrera bientôt à cette ville. Evidemment, Seul Dieu sait quand et comment cela arrivera.

L'attente du Prophète (صلى الله عليه و سلم) sur le chemin de Médine

Lorsque les Ghifâr apprirent que le Saint Prophète était sur la route de Médine venant de la Mecque, ils furent très heureux. Abou Dharr sentit venir une vague de bénédiction vers les Musulmans. Il attendait avec impatience, comme les autres membres de sa tribu, l'arrivée du Saint Prophète à Médine.

Les gens se rassemblèrent autour de lui pour lui poser des questions sur le Messager de Dieu, son tempérament, son visage etc. Il leur répondait : "Vous allez le voir très prochainement. Il est le meilleur de tous et dépasse toute l'humanité dans ses mérites».

L'accueil du Prophète (صلى الله عليه و سلم)

Abou Dharr se lança sans tarder vers le chameau du Messager de Dieu et en attrapa les rênes».

Le Saint Prophète descendit du chameau et récita le Saint Coran. Sa voix pénétra tout de suite les coeurs des masses qui l'attendaient impatiemment. Puis, il commença à prêcher. Les gens s'avancèrent par fournées vers lui pour prêter serment d'allégeance. Abou Dharr était débout tout près du Saint Prophète, et ressentait une fierté et une joie indescriptibles.

L'émigration vers Médine

Abou Dharr qui n'avait pas pu l'accompagner à Médine resta dans sa tribu si longtemps qu'il ne put participer aux trois grandes batailles de l'Islam : la bataille du Badr en l'an 2 de l'Hégire, de Ouhoud en l'an 3 et d'al-Ahzâb en l'an 5.

Après la bataille d'al-Ahzâb, un verset coranique fut révélé qui conduisit Abou Dhar à partir pour Médine. En effet, un jour, alors qu'il faisait les récitations de l'après-prière du Maghrib dans la mosquée de sa ville, il entendit un homme réciter le verset : "Ô vous les Croyants! Vous indiquerai-Je un marché qui vous sauvera d'un châtiment douloureux?" (61/10). Ayant réfléchi sur la signification de ce verset, il fut soucieux du Jihâd (Guerre Sainte), et il dit à Ounays : "Je partirai à Yathrib demain».
- Ounays : C'est bien! Vas-y. Que Dieu t'y conduise sain et sauf! Mais dis-moi quand comptes- tu revenir?
- Abou Dhar : Je ne reviendrai pas. Je consacrerai le reste de ma vie au service du Saint Prophète.
- Ounays : Ô frère! Tu es devenu un vrai croyant et la foi semble avoir pénétré ton coeur et ton âme. Ta tribu et les tiens ont énormément besoin de toi ici. Ton départ représentera une grande perte pour nous. Je crois donc que tu devrais renoncer à ton projet de partir pour Médine, et passer ta vie avec nous.
- Abou Dhar : Le Saint Prophète est meilleur que les gens d'ici. J'ai déjà manqué trop à de devoirs : Le Saint Prophète a livré la Bataille de Badr, et je n'ai pas pu y assister. Il a combattu à Ouhoud et je n'ai pas pu l'y joindre.

Il s'est engagé dans la Campagne d'al-Ahzâb et je n'ai pas pu être à ses côtés. Jusqu'à quand devrais-je être au service de ma tribu en me privant des bénédictions découlant du martyr? Ce que j'ai fait jusqu'à maintenant est largement suffisant. A présent, je ne suis pas disposé à renoncer, même l'espace d'une fraction de seconde, à mon idée de partir pour Yathrib.
- Ounays : A mon avis, tu devrais rester chez toi comme d'habitude. Le Saint Prophète t'appellera lui-même lorsqu'il aura besoin de toi. Réfléchis! Il y avait beaucoup de personnes qui étaient dans leurs maisons et qui sont parties vers Médine lorsque le Saint Prophète les a appelées.
- Abou Dhar : Le délai d'attente est écoulé. Même si le Prophète ne m' appelle pas, j'ai quand même une obligation dont je dois m'acquitter, et cela sans attendre que l'on m'y convie. Je n'attendrai plus, j'irai sans invitation.
- Ounays : D'accord! Mais pas de précipitation. Prends les provisions nécessaires pour le voyage.
- Abou Dhar : Je n'ai besoin d'aucune provision. Quelques morceaux de pain sec me suffiront. Abou Dharr abandonna ainsi terre et maison pour gagner Médine.

Une fois arrivé à destination, il eut l'honneur de rejoindre le Prophète et de rester en sa compagnie.

Il avait l'habitude de passer toute la nuit à la Mosquée du Prophète et de rencontrer les gens pendant la journée. Il mangeait avec le Prophète (صلى الله عليه و سلم) et il ornait sa vie matérielle de piété et de vertu. Il se consacrait pleinement à l'apprentissage de Hadith (Tradition du Saint Prophète) par coeur. Après son arrivée à Médine,

Abou Dharr était tombé malade à cause du changement de climat. Le Saint Prophète apprit la nouvelle de sa maladie et vint le voir.
Il lui dit : "Abou Dhar! Tu dois rester quelques jours à l'extérieur de Médine, là où les chameaux, les moutons et les chèvres du Trésor public broutent. Et prends note que tu ne dois manger comme aliment que du lait pendant ton séjour à cet endroit».
Aussitôt qu'il reçut cet ordre du Prophète (صلى الله عليه و سلم), Abou Dharr partit avec son épouse pour l'endroit désigné. Sa maladie fut dure à supporter pendant quelques jours, mais peu à peu il recouvra sa santé, ce qui lui permit de consommer son mariage avec son épouse.

La bataille de Taboûk (9 H)

Au moment du départ de l'armée des Musulmans vers la Bataille de Taboûk, Abou Dhar se trouvait aux côtés du Prophète. Mais son chameau étant trop faible et trop maigre, il ne put pas aller à la même allure que la caravane. Il réussit quand même à marcher sur la trace de celle-ci, mais avec un retard d'une distance de trois jours de voyage. Il fit tout son possible pour rejoindre la caravane mais sans succès. Il se sentit très affligé de ne pas pouvoir se joindre aux troupes.

Selon une autre version, lorsque Abou Dharr fut resté derrière la caravane, quelqu'un attira l'intention du Prophète sur la difficulté qu'il avait rejoindre les troupes. Le Saint Prophète répondit : "Laisse-le se débrouiller tout seul. Il réussira si Dieu le veut». Ainsi la caravane avança, laissant Abou Dharr dans la perplexité et l'anxiété. Parfois, il pensait parfois revenir à Médine, et parfois il se disait qu'il fallait à tout prix parvenir à Taboûk, car l'idée de rester loin du Prophète le tourmentait.

Il pressait son chameau avec excitation pour qu'il avance, mais ce dernier n'avançait pas à cause de sa faiblesse. Constatant qu'il était inutile d'essayer de forcer son chameau fatigué d'avancer, il en descendit et le déchargea pour porter lui-même ses bagages sur son propre dos et il se mit à marcher à pied.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ABOU DHARR radhi Allahou 'anhou   Jeu 16 Juil - 14:55

Comme il faisait très chaud à cette saison, il avait, tout le temps, une soif terrible et insupportable. Aussi se mit-il à la recherche d'eau. Lorsqu'il aperçut un peu d'eau de pluie au fond d'une fosse, il y accourut, et sans perdre un moment, il y en puisa dans le creux de sa main pour désaltérer. Mais l'eau était si fraîche qu'il pensa subitement qu'il ne convenait pas d'en boire avant que le Saint Prophète ne le fasse. A cette idée, il rejeta l'eau de sa main pour remplir une aiguière afin de l'apporter au Saint Prophète.

Malgré sa soif et son épuisement extrêmes, il continua seul sa route en portant précieusement l'outre remplie d'eau. Lorsqu'il arriva à la frontière de Taboûk les Musulmans l'aperçurent et informèrent le Prophète de l'arrivée d'un voyageur sinistré.

Le Prophète dit sur-le-champ : "C'est mon compagnon Abou Dhar. Allez vite me l'amener». Entendant cet ordre du Prophète, les compagnons s'exécutèrent et emmenèrent Abou Dharr auprès du Messager de Dieu.

Après s'être enquis de sa santé, le Prophète lui demanda : "Ô Abou Dhar! Tu as de l'eau sur toi. Pourquoi donc, tu as l'air tellement assoiffé?».
- Abou Dhar : Certes, Maître, l'eau est là, mais je ne peux pas en boire.
- Le Prophète : Et pourquoi cela?
- Abou Dhar : Ô Seigneur! Sur mon chemin, j'ai trouvé de l'eau fraîche au pied d'une colline, mais ma conscience ne m'a pas permis d'en boire avant toi. C'est pourquoi je l'ai apportée pour toi. J'en boirai une goutte après que tu en auras bu.
Le Saint Prophète lui fit alors cette prédiction : "Ô Abou Dhar! Dieu te couvrira de Sa Miséricorde. Tu vivras et tu quitteras ce monde seul. Tu seras ressuscité seul le Jour du Jugement. Tu entreras dans les cieux seul. Un groupe d'Irakiens seront bénis grâce à toi, car, après, ta mort, ils te laveront, t'envelopperont dans un linceul, et prieront sur toi».

Après la mort du Prophète (صلى الله عليه و سلم), il quitte Médine pour la Syrie

A la mort du Prophète (صلى الله عليه و سلم), la douleur empêcha Abou Dharr de rester à Médine. Il se retira alors dans le désert syrien, où il vécut pendant les califats d'Abou Bakr et Umar.
Il retourne près de Médine pendant le califat de 'Othmân

Il se trouvait à Damas durant le califat de 'Othmân. Il fut attristé et consterné de voir le désir des musulmans pour ce monde et leur goût du luxe. 'Othmân l'invita à Médine. De même, il désapprouvait la soif des musulmans pour les biens et les plaisirs matériels. Ses coreligionnaires le critiquaient, d'ailleurs, pour les insultes qu'il proférait à leur égard. 'Othmân lui suggéra alors de se rendre à Rubdhah, un petit village près de Médine. Il s'y isola des gens, renonçant à leurs préoccupations terrestres.

Sa mort (32 H.)

En l'an 32 de l'Hégire, Abou Dharr mourut à Rabdha.

Abdallah ben Massoûd présent au fin fond du désert à son enterrement relata l'évènement de TAbouk (9 H) et dit " 20 ans après TAbouk, la prophétie du Prophète (saw) s'est révélée. En effet, le Prophète (saw) avait dit : "Tu es celui (Abou Dhar) qui marche seul, qui mourra seul et qui sera ressuscité seul ".

Ses mérites

Le Messager de Dieu (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Le ciel n'a pas ombragé, ni le monde n'a porté une personne plus droite qu'Abou Dhar. Il marche sur terre avec l'attitude immatérialistique de Jésus, le fils de Marie". (at-tirmidhi, Ahmad, al-Hakim, Ibn Sa'd, Al-Haythani)

Le Prophète avait dit : "Abou Dharr est l'homme le plus véridique de la nation».

Ou encore :"Abou Dharr est pareil au Prophète 'Isâ (Jésus) par son ascétisme», et "Celui qui voudrait connaître l'austérité et la modestie de 'Isâ, devrait aller voir Abou Dhar».
Il est écrit dans Tabaqât Ibn Sa'd qu'un jour, le Saint Prophète demanda à un groupe de compagnons : "Qui parmi vous viendra me voir auprès de Kawthar dans la même condition dans laquelle je l'aurai laissé?».
Abou Dharr répondit : "Moi!».
Le Prophète acquiesça : "Tu as raison, c'est-à-dire tu mourras dans le même état de foi dans lequel je t'aurai laissé».

http://mouslim.over-blog.org/4-categorie-1143819.html
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ABOU DHARR radhi Allahou 'anhou   

Revenir en haut Aller en bas
 
ABOU DHARR radhi Allahou 'anhou
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Oummi & Moi notre religion :: LES PROPHETES, LES SAHABAS, LES SAVANTS... :: Les sahabas-
Sauter vers: