AccueilRechercherS'enregistrerConnexionForum Oummi & MoiContacter

Partagez | 
 

 Le voyage de la femme par avion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Le voyage de la femme par avion   Ven 17 Juil - 7:19

Q : Est-il permis à une femme de voyager par avion sans Mahram sachant qu’elle est en sécurité ?


R : Le Prophète, sur lui la prière et le salut d’Allah, a dit :


« La femme ne doit voyager qu’avec un Mahram. »[1]


Il a dit ceci alors qu’il prêchait sur la chaire, pendant les jours du pèlerinage. Un homme se leva alors et dit : « Ô Envoyé d’Allah ! Ma femme est partie en Pèlerinage, alors que j’étais engagé dans telle bataille. » Le Prophète, sur lui la prière et le salut d’Allah, répliqua :



« Vas faire le pèlerinage avec ta femme. »[2]



Le Prophète, sur lui la prière et le salut d’Allah, lui a donc ordonné d’abandonner la bataille et d’accompagner sa femme au Pèlerinage, mais ne lui a pas dit : « Ta femme est-elle en sécurité ? » ou « Est-elle en compagnie de femmes ? » ou « Est-elle en compagnie de ses voisins ? » Ceci implique donc que l’interdiction du voyage de la femme sans Mahram est générale, car le danger peut exister même dans l’avion. Examinons ensemble comment ce danger peut survenir.



Cet homme qui a voulu que sa femme voyage par avion, à quel moment la laisse-t-il seule après l’avoir accompagnée à l’aéroport ? Il la laisse seule dans l’attente de monter à bord de l’avion. Elle demeurera donc seule sans Mahram dans la salle d’embarquement. Supposons que son mari l’accompagne jusque dans l’avion et la laisse, avant que l’avion décolle. N’est-il pas possible que l’avion rebrousse chemin ? Ceci est probable car il arrive que l’avion revienne à cause d’une panne technique ou de mauvaises conditions météorologiques.



Supposons maintenant que l’avion continue sa trajectoire et parvienne à destination, mais trouve l’aéroport occupé ou dans des conditions non propices à l’atterrissage. L’avion se trouve alors contraint d’atterrir ailleurs. Ceci est possible. A supposer que l’avion décolle au moment prévu et atterrisse à l’endroit prévu, mais le Mahram qui devait attendre la femme n’est pas venu à cause d’un imprévu.



Supposons, enfin, que le dernier cas de figure n’ait pas eu lieu, et que le Mahram soit arrivé à temps, le danger qui persiste est de savoir qui va s’asseoir à côté d’elle dans l’avion. Ce ne sera pas forcément une femme. Il se peut qu’un homme s’assoie à côté d’elle. Et cet homme peut être le plus pervers des serviteurs d’Allah. Il lui sourit, engage une discussion avec elle, plaisante avec elle, prend son numéro de téléphone et lui donne le sien. Ceci n’est-il pas possible ? Qui peut être à l’abri de tels dangers ?



C’est pour toutes ces raisons que l’interdiction du Prophète, sur lui la prière et le salut d’Allah, à la femme de voyager seule sans Mahram sans donner de détails, ni de limites, est d’une grande sagesse.



Mais l’on pourrait se dire : Le Prophète, sur lui la prière et le salut d’Allah, ne connaissait pas l’invisible, et n’était pas au courant de l’existence un jour des avions. Il faut donc interpréter ses propos comme étant applicables pour le voyage sur un chameau et non pas à bord d’un avion. Par conséquent, nous dirons que la femme n’a pas le droit de voyager sans Mahram sur un chameau, car le Prophète, sur lui la prière et le salut d’Allah, ne savait rien sur l’avènement des avions qui parcourent la distance entre Tayf et Riyad en une heure et quart alors qu’elle était parcourue auparavant en un mois ?



La réponse à ceci est que si le Prophète, sur lui la prière et le salut d’Allah, ne savait pas, le Seigneur du Prophète, qu’Il soit glorifié, Lui sait sûrement. C’est Lui d’ailleurs qui dit :








« Et Nous avons fait descendre sur toi le Livre, comme un exposé explicite de toute chose. »[3]



Je mets donc mes frères en garde contre ce phénomène dangereux, à savoir le laxisme quant au voyage de la femme sans Mahram. De même, je les mets en garde contre l’isolement du chauffeur avec une femme seule même en ville, car ceci est dangereux aussi. Enfin, je les avertis de l’isolement d’une femme avec les proches de son mari dans une maison, car lorsque le Prophète, sur lui la prière et le salut d’Allah, a dit :



« Méfiez-vous de vous introduire auprès des femmes »



il a été interrogé :



« Ô Messager d’Allah ! Et s’il s’agit du beau-frère ? »



Il répliqua :



« Justement, le beau-frère, c’est la mort. »[4],



voulant dire par là qu’il faut se méfier du beau-frère comme l’on se méfie de la mort.



D’ailleurs, il est surprenant d’entendre certains savants, qu’Allah leur pardonne, dire que la réplique du Prophète, sur lui la prière et le salut d’Allah :



« Justement, le beau-frère, c’est la mort »,



signifie qu’il est inévitable que le frère du mari rentre chez la femme de son frère comme il est inévitable que la mort arrive !



· Fatwas du cheikh Otheimine, page 852,853



--------------------------------------------------------------------------------

[1] Rapporté par Al-Bukhârî dans le chapitre du combat (n°3006), et par Muslim dans le chapitre du pèlerinage (n°1341).

[2] Ibid.

[3] Les Abeilles, v. 89.

[4] Rapporté par Al-Bukhârî dans le chapitre du mariage (n°5232), et Muslim dans le chapitre du salut (n°2172).
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le voyage de la femme par avion   Ven 17 Juil - 7:20

Q : Une femme veut se rendre à Jeddah afin d’accomplir une Umra. L’un de ses Mahârim l’accompagne à l’aéroport de Riyad, puis elle prend l’avion et un autre Mahram l’accueille à Jeddah. Est-ce que ceci est permis ?

R : Si cette chose s’est déjà produite, on ne peut pas revenir dessus ; cela n’empêche que ce soit quand même un acte illicite, car il rentre dans le sens général du hadith du Prophète, sur lui la prière et le salut d’Allah :




« La femme ne doit voyager qu’avec un Mahram. »1




En voyageant sans Mahram, cette femme a fait ce que le Messager d’Allah, prière et salut d’Allah sur lui, a interdit de faire.




Toutefois, l’on pourrait se dire : le Messager d’Allah, sur lui la prière et le salut d’Allah, a émis cette interdiction par crainte d’engendrer un inconvénient, or il n’y a aucun inconvénient si un Mahram accompagne la femme à l’aéroport de départ, et qu’un autre Mahram l’accueille à l’aéroport d’arrivée. Donc, il n’y a pas de mal à effectuer le voyage ainsi puisque l’inconvénient a disparu.




La réponse à ceci est que l’Envoyé d’Allah a donné une interdiction absolue. Lorsqu’il a dit :




« La femme ne doit voyager qu’avec un Mahram. »,




un homme s’est levé alors et a dit : « Ô Envoyé d’Allah ! Ma femme est partie au pèlerinage, alors que j’étais engagé dans telle bataille. » Le Prophète, sur lui la prière et le salut d’Allah, répliqua :




« Vas faire le pèlerinage avec ta femme. »2




Le Messager d’Allah a donc ordonné à l’homme d’annuler sa participation à la bataille pour accompagner sa femme. Est-ce que le Prophète, sur lui la prière et le salut d’Allah, a demandé à cet homme des détails sur les conditions de voyage de sa femme ? Lui a-t-il dit : « Ta femme est-elle en sécurité ? » Non, il ne l’a pas fait. Lui a-t-il demandé : « Est-elle accompagnée d’autres femmes ? » Non, il ne l’a pas fait. Lui a-t-il dit : « Ta femme est-elle jeune ou âgée ? » Non, il ne l’a pas fait. Donc, le propos du Prophète doit rester dans sa généralité, surtout que l’histoire de cet homme va aussi dans le même sens.




Je vous prie de bien suivre ce que je vais dire concernant la réfutation du fait qu’un Mahram accompagne la femme à l’aéroport soit une condition suffisante. Si je suis dans l’erreur, alors corrigez-moi, mais si je dis vrai, je vous prie d’approuver mon avis et d’avertir les gens.




En général, seuls les voyageurs ont le droit d’entrer dans la salle d’embarquement. Donc, le Mahram qui doit accompagner la femme à l’aéroport va en fait l’accompagner jusqu’à cette salle, puis s’en retourner. Est-il sûr à cent pour cent après son retour que l’avion aura décollé à l’heure prévue ? Non, celui-ci peut avoir du retard. Puis, si on suppose que l’avion décolle comme prévu et prend sa trajectoire, est-il garanti que les conditions de vol resteront propices ou bien peut-il y avoir des cas qui imposent le retour de l’avion ? Réponse : ces cas sont envisageables. Puis, supposons que l’avion continue sa trajectoire normalement et qu’il parvienne à destination, il peut y avoir des conditions qui empêchent l’atterrissage, ce qui oblige l’avion à aller se poser ailleurs. Qui va donc accueillir la femme dans l’autre aéroport ? Et même si l’avion atterrit à l’aéroport prévu, est-ce que la présence du Mahram qui doit l’accueillir est garantie au moment précis de l’atterrissage ? Non, celle-ci n’est pas garantie. En effet, il peut être atteint par une maladie, se perdre ou être retenu dans un embouteillage. Tout ceci est possible, n’est-ce pas ? Mais supposons maintenant qu’on est à l’abri de tous ces inconvénients, et que tout se passe comme prévu. Reste à savoir qui va s’asseoir à côté de la femme dans l’avion. Seul Allah le sait. Il se peut qu’elle s’assoie à côté d’un homme chaste et jaloux de l’honneur des musulmans. Il va donc la protéger. Il se peut qu’il soit même meilleur que son Mahram. Mais il est probable aussi qu’elle s’assoie à côté d’un homme pervers, rusé, déloyal qui va la provoquer et tenter de la séduire.




Puisque donc l’affaire demeure dangereuse, et que le législateur accorde une attention particulière à la préservation de l’honneur à tel point qu’Allah a dit :




« Et n’approchez point la fornication »3,




et n’a pas dit : « Ne forniquez pas », pour que nous nous éloignions de tout ce qui peut amener à la fornication, alors il est un devoir pour chaque croyant qui craint Allah, qu’Il soit élevé, et qui est jaloux pour ses Mahârim de ne laisser aucune parmi celles-ci voyager sans Mahram. Ceci reste une chose facile : vous n’avez en effet qu’à partir avec elle et retourner sans que cela ne cause aucune gêne. Et les louanges sont à Allah.


Fatwa de cheikh Otheimine, Fatwas (2/590).


____________________________________________________

1 Rapporté par Al-Bukhârî dans le chapitre du combat (n°3006), et par Muslim dans le chapitre du pèlerinage (n°1341).

2 Ibid.

3 Le Voyage Nocturne, v. 32.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le voyage de la femme par avion   Ven 17 Juil - 7:23

Q : Une femme veut se rendre à Jeddah afin d’accomplir une Umra. L’un de ses Mahârim l’accompagne à l’aéroport de Riyad, puis elle prend l’avion et un autre Mahram l’accueille à Jeddah. Est-ce que ceci est permis ?

R : Si cette chose s’est déjà produite, on ne peut pas revenir dessus ; cela n’empêche que ce soit quand même un acte illicite, car il rentre dans le sens général du hadith du Prophète, sur lui la prière et le salut d’Allah :




« La femme ne doit voyager qu’avec un Mahram. »1




En voyageant sans Mahram, cette femme a fait ce que le Messager d’Allah, prière et salut d’Allah sur lui, a interdit de faire.




Toutefois, l’on pourrait se dire : le Messager d’Allah, sur lui la prière et le salut d’Allah, a émis cette interdiction par crainte d’engendrer un inconvénient, or il n’y a aucun inconvénient si un Mahram accompagne la femme à l’aéroport de départ, et qu’un autre Mahram l’accueille à l’aéroport d’arrivée. Donc, il n’y a pas de mal à effectuer le voyage ainsi puisque l’inconvénient a disparu.




La réponse à ceci est que l’Envoyé d’Allah a donné une interdiction absolue. Lorsqu’il a dit :




« La femme ne doit voyager qu’avec un Mahram. »,




un homme s’est levé alors et a dit : « Ô Envoyé d’Allah ! Ma femme est partie au pèlerinage, alors que j’étais engagé dans telle bataille. » Le Prophète, sur lui la prière et le salut d’Allah, répliqua :




« Vas faire le pèlerinage avec ta femme. »2




Le Messager d’Allah a donc ordonné à l’homme d’annuler sa participation à la bataille pour accompagner sa femme. Est-ce que le Prophète, sur lui la prière et le salut d’Allah, a demandé à cet homme des détails sur les conditions de voyage de sa femme ? Lui a-t-il dit : « Ta femme est-elle en sécurité ? » Non, il ne l’a pas fait. Lui a-t-il demandé : « Est-elle accompagnée d’autres femmes ? » Non, il ne l’a pas fait. Lui a-t-il dit : « Ta femme est-elle jeune ou âgée ? » Non, il ne l’a pas fait. Donc, le propos du Prophète doit rester dans sa généralité, surtout que l’histoire de cet homme va aussi dans le même sens.




Je vous prie de bien suivre ce que je vais dire concernant la réfutation du fait qu’un Mahram accompagne la femme à l’aéroport soit une condition suffisante. Si je suis dans l’erreur, alors corrigez-moi, mais si je dis vrai, je vous prie d’approuver mon avis et d’avertir les gens.




En général, seuls les voyageurs ont le droit d’entrer dans la salle d’embarquement. Donc, le Mahram qui doit accompagner la femme à l’aéroport va en fait l’accompagner jusqu’à cette salle, puis s’en retourner. Est-il sûr à cent pour cent après son retour que l’avion aura décollé à l’heure prévue ? Non, celui-ci peut avoir du retard. Puis, si on suppose que l’avion décolle comme prévu et prend sa trajectoire, est-il garanti que les conditions de vol resteront propices ou bien peut-il y avoir des cas qui imposent le retour de l’avion ? Réponse : ces cas sont envisageables. Puis, supposons que l’avion continue sa trajectoire normalement et qu’il parvienne à destination, il peut y avoir des conditions qui empêchent l’atterrissage, ce qui oblige l’avion à aller se poser ailleurs. Qui va donc accueillir la femme dans l’autre aéroport ? Et même si l’avion atterrit à l’aéroport prévu, est-ce que la présence du Mahram qui doit l’accueillir est garantie au moment précis de l’atterrissage ? Non, celle-ci n’est pas garantie. En effet, il peut être atteint par une maladie, se perdre ou être retenu dans un embouteillage. Tout ceci est possible, n’est-ce pas ? Mais supposons maintenant qu’on est à l’abri de tous ces inconvénients, et que tout se passe comme prévu. Reste à savoir qui va s’asseoir à côté de la femme dans l’avion. Seul Allah le sait. Il se peut qu’elle s’assoie à côté d’un homme chaste et jaloux de l’honneur des musulmans. Il va donc la protéger. Il se peut qu’il soit même meilleur que son Mahram. Mais il est probable aussi qu’elle s’assoie à côté d’un homme pervers, rusé, déloyal qui va la provoquer et tenter de la séduire.




Puisque donc l’affaire demeure dangereuse, et que le législateur accorde une attention particulière à la préservation de l’honneur à tel point qu’Allah a dit :




« Et n’approchez point la fornication »3,




et n’a pas dit : « Ne forniquez pas », pour que nous nous éloignions de tout ce qui peut amener à la fornication, alors il est un devoir pour chaque croyant qui craint Allah, qu’Il soit élevé, et qui est jaloux pour ses Mahârim de ne laisser aucune parmi celles-ci voyager sans Mahram. Ceci reste une chose facile : vous n’avez en effet qu’à partir avec elle et retourner sans que cela ne cause aucune gêne. Et les louanges sont à Allah.


Fatwa de cheikh Otheimine, Fatwas (2/590).


____________________________________________________

1 Rapporté par Al-Bukhârî dans le chapitre du combat (n°3006), et par Muslim dans le chapitre du pèlerinage (n°1341).

2 Ibid.

3 Le Voyage Nocturne, v. 32.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le voyage de la femme par avion   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le voyage de la femme par avion
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Oummi & Moi notre religion :: LA FAMILLE :: La femme :: les vertus de la femme-
Sauter vers: